Wednesday, October 15, 2008

A state of mind

Quand j'aurai du vent dans mon crâne
Quand j'aurai du vert sur mes osses
P'tet qu'on croira que je ricane
Mais ça sera une impression fosse
Car il me manquera
Mon élément plastique
Plastique tique tique
Qu'auront bouffé les rats
Ma paire de bidules
Mes mollets mes rotules
Mes cuisses et mon cule
Sur quoi je m'asseyois
Mes cheveux mes fistules
Mes jolis yeux cérules
Mes couvre-mandibules
Dont je vous pourléchois
Mon nez considérable
Mon coeur mon foie mon râble
Tous ces riens admirables
Qui m'ont fait apprécier
Des ducs et des duchesses
Des papes des papesses
Des abbés des ânesses
Et des gens du métier
Et puis je n'aurai plus
Ce phosphore un peu mou
Cerveau qui me servit
A me prévoir sans vie
Les osses tout verts, le crâne venteux
Ah comme j'ai mal de devenir vieux.


6 comments:

frenchy said...

cela me rappelle un auteur francais de la moitié du 19ème siècle ...
qui était assez gore ...

je ne me souviens malheureusement pas du nom de ce dernier...

Marillionlb said...

Ma tante m'a introduit a Boris Vian par le biais de la chanson.

mc said...

moi je connais celle-là:

http://fr.youtube.com/watch?v=gjndTXyk3mw&feature=related

et à propos de jester je suis sûre que tu connais celle-là marillion :

http://fr.youtube.com/watch?v=S6uEjifqTaI&feature=related

Marillionlb said...

@MC,

Reggiani a une version du deserteur qu'il commence par reciter "le dormeur du val". Very beutiful indeed.

mc said...

oui je connais aussi et j'aime beaucoup reggiani

Ekios said...

Oh for god sake, this picutre is insane ... yeurk !

got to go make a big hug to my little sunshine now ... in emergency ...

yeurk yeurk yeurk, what a pic ! :-(